Représentants du gouvernement, agents correctionnels et anciens détenus s’accordent tous pour dire que Le chemin du bonheur est la solution pour faire régresser la criminalité et restaurer le respect de soi.

«J’ai eu le plaisir de voir le programme à l’œuvre dans mon unité du centre pour délinquants juvéniles. Cette unité accueille des mineurs accusés des crimes les plus graves, assassinats, etc. Les mineurs sont devenus nettement moins hostiles, non seulement les uns vis-à-vis des autres, mais aussi envers le personnel. Ils ne s’emportent plus. Ils ont commencé à nous parler (les membres de l’encadrement) avec beaucoup plus de respect. Ils ne nous parlent plus dans le jargon de leur gang. Lorsque les parents des étudiants sont venus les voir ce dimanche, les jeunes ont fait preuve de beaucoup plus de respect à leur égard.»

«Ce programme a eu des résultats extraordinaires chez les mineurs. Plusieurs m’ont avoué qu’ils éprouvaient à présent des remords pour ce qu’ils avaient fait. Entendre ce genre de déclaration de la bouche de criminels de cette nature, c’est inouï. Les mineurs engagés dans ce programme n’ont pas été au cachot depuis très, très longtemps, et nous n’avons pas de problèmes de discipline avec eux.» — Surveillant de groupe de centre pour délinquants juvéniles, à Los Angeles

«Depuis lors, j’ai vu des centaines de détenus participer à ce programme avec des résultats très positifs. Il est extrêmement bien conçu et efficace ; sa structure me permet même de l’utiliser avec les détenus de quartiers surveillés. J’estime que ce programme répond en grande mesure aux besoins des détenus que nous essayons d’aider.» — Superviseur, prison à sécurité maximale de Californie

«Dans la prison d’Ensenada, nous avons travaillé avec les prisonniers les plus endurcis et les plus dangereux de tout le pays. Et nous les avons vus changer. Avec les méthodes de L. Ron Hubbard, ils retrouvent le respect d’eux-mêmes. Ils sont devenus productifs. Je suis certain qu’ils ne reprendront plus jamais la route sinistre et solitaire de la criminalité et des drogues.» — Francisco Iribe, préfet de police, à Mexacali, au Mexique

«Le chemin du bonheur m’a donné une direction à suivre qui m’a permis et me permet toujours de rester hors de prison et d’être un citoyen productif qui aide la société en lui rendant les choses que je pense pouvoir lui rendre.» — Ancien détenu, Prison de San Quentin

«Ce qui distingue cette organisation d’autres organisations non gouvernementales, c’est votre philosophie et la façon de l’appliquer pour éduquer et réhabiliter les gens. Le chemin du bonheur est un outil parfait pour réhabiliter ces jeunes. Vous faites beaucoup pour vous assurer que vos principes sont faciles à appliquer.» —Ministre de la jeunesse et du développement social, état du Lagos, au Nigeria

«La plupart des gens me connaissent en tant que père stable d’une famille de quatre enfants. J’ai un mariage heureux, un travail régulier et j’assume mes responsabilités. Alors qu’avant Le chemin du bonheur, ma vie, c’était la rue et la prison.» — Ancien détenu, prison du Montana

«J’ai retiré du Chemin du bonheur la capacité de contrôler mes émotions… J’ai appris à peser et à juger mes décisions avant de passer à l’action et surtout j’ai appris qui je suis — ce que j’aurais souhaité avoir compris avant d’entrer dans le système carcéral. Je n’avais pas de parents pour m’enseigner la morale et les valeurs quand j’étais adolescent, je les ai donc apprises à mes dépens, mais maintenant, grâce à ce cours, je connais une meilleure route. Merci.» — Détenu d’une prison des États-Unis