4. Aimez et aidez les enfants

Les enfants d’aujourd’hui seront la civilisation de demain. Mettre un enfant au monde, de nos jours, c’est un peu comme jeter quelqu’un dans la fosse aux lions. Les enfants ne sont pas capables de maîtriser leur environnement

1 et ils ne disposent d’aucun moyen réel de subsistance. Ils ont besoin d’aide et d’amour pour réussir.

C’est un problème qu’il est délicat d’aborder. Il y a pratiquement autant de théories sur la façon d’éduquer ou de ne pas éduquer des enfants qu’il y a de parents. Pourtant, si l’on élève mal son enfant, on peut causer énormément de chagrin et cela risque même de rendre la suite de sa propre vie plus compliquée. Certains essayent d’élever leurs enfants de la façon dont ils ont été eux-mêmes élevés, d’autres essayent de faire exactement le contraire et beaucoup enfin pensent qu’on doit laisser les enfants se développer d’eux-mêmes. Aucune de ces méthodes n’est infaillible. La dernière est fondée sur la notion matérialiste

2 selon laquelle le développement de l’enfant est comparable à l’évolution
3 de l’espèce: par quelque tour de magie inexplicable les «nerfs» de l’enfant vont «mûrir» au fur et à mesure de sa croissance et il va en résulter un adulte moral
4 et décent. Bien qu’il soit facile de réfuter cette théorie (il suffit d’observer le nombre de criminels dans notre société dont le système nerveux ne semble pas avoir «mûri»), elle jouit d’une certaine popularité alors que ce n’est qu’une solution de facilité pour élever des enfants. Elle ne tient pas compte de l’avenir de la civilisation, ni même de vos vieux jours.

On pourrait comparer un enfant à une page vierge. Si vous y inscrivez des choses inexactes, elle vous donnera des choses inexactes. Mais à la différence d’une page, l’enfant un jour est capable d’écrire, et il aura tendance à écrire ce qui a déjà été écrit. Le problème peut parfois se compliquer, car s’il est vrai que la plupart des enfants sont capables d’un excellent comportement, il en est quelques-uns qui naissent mentalement dérangés et, de nos jours, certains naissent même toxicomanes. Cependant, de tels cas sont rares.

Les parents qui se contentent «d’acheter» l’enfant en le comblant de jouets et de cadeaux ou qui l’étouffent et le protègent n’arriveront à rien de bon: le résultat peut même être plutôt désastreux.

Il faut se faire une idée de l’avenir que l’on va tenter de donner à l’enfant et plusieurs facteurs entrent en ligne de compte: a) ce que l’enfant peut faire plus tard, compte tenu de son caractère inné et de son potentiel; b) ce que l’enfant lui-même aimerait réellement devenir; c) ce que l’on souhaite que l’enfant devienne; d) les moyens dont on dispose. Mais souvenez-vous que, quoi qu’il ressorte de la conjonction de ces quatre facteurs, l’enfant ne survivra pas bien s’il n’apprend pas finalement à compter sur lui-même et s’il ne devient pas très moral. On risque, sinon, de se retrouver avec un enfant qui est un handicap pour tout le monde, y compris pour lui-même.

Quelle que soit l’affection que vous portez à votre enfant, souvenez-vous qu’il sera incapable de bien survivre à long terme si vous ne le mettez pas sur le chemin de la survie. Cela ne sera pas un hasard si l’enfant tourne mal: notre société contemporaine est réglée pour conduire un enfant à l’échec.

Vous aideriez énormément l’enfant si vous arriviez à ce qu’il comprenne les préceptes

5 de ce livre et qu’il accepte de les suivre.

Ce qui aide, c’est d’essayer simplement d’être l’ami de l’enfant. Il ne fait aucun doute qu’un enfant ait besoin d’amis. Essayez de découvrir quel est vraiment son problème et, sans repousser ses solutions, aidez-le à le résoudre. Observez-le, même lorsqu’il n’est encore qu’un nourrisson. Ecoutez-le quand il vous parle de sa vie. Laissez-le aider: sans cela, il sera accablé d’un sentiment d’obligation

6 qu’il lui faudra refouler.

Vous aiderez beaucoup l’enfant en lui faisant comprendre ce chemin du bonheur et en lui faisant convenir de le suivre. Cela pourrait avoir un effet fantastique sur sa survie… et sur la vôtre.

En fait, un enfant ne peut aller bien sans amour. La plupart en ont énormément à donner en retour.

Dans Le chemin du bonheur, on trouve l’acte d’aimer et d’aider les enfants, depuis la petite enfance jusqu’au seuil de l’âge adulte.